L'homme dans le miroir

L’homme dans le miroir

Merci de partager!

Je sais qu’il est tard chéri, mais je dois finir ce travail avant de quitter. Disait-il à son épouse avant de raccrocher.

Le travail, le travail, toujours le travail, j’ai l’impression que ma vie tourne en rond. Plus je travaille plus j’en ai. Je suis épuisé, il me semble que ma vie ne fait que tourner autour de ce travail qui devient de plus en plus envahissant. Je ne sais pas comment fait Carole pour être toujours aussi énergique après toutes ces années dans son travail.

En arrivant à la maison, Carole son épouse l’accueil,

Bonsoir chérie, tu as enfin terminé? Oui, mais je suis exténué. J’ai juste le goût de me laisser hypnotiser par la télé avec une bière. Ouf! Ça n’a pas l’air d’aller mon chéri? Non, j’en ai assez de travailler pour rien, il me semble que je n’aurais jamais fini et c’est tellement ennuyeux, je me sens comme une machine qui ne fait que remplir une fonction sur une chaîne de production.

Le lendemain devant son miroir, alors qu’il se rasait, Jacques se regarde pour une rare fois, il voit ses yeux encore bouffis ayant accumulé toute cette fatigue. Son regard éteint, ses traits étirés. S’adressant au reflet dans le miroir. Hé, tu es qui toi? Tu n’es sûrement pas moi! Tu n’es même pas le reflet de moi. Moi je suis énergique, enthousiasme, vivant, toi tu es un mort vivant. En se fixant dans le blanc des yeux, il dit, où t’es-tu perdu?

En retournant à la maison, après une autre journée bien remplie. Il écoutait la radio sans vraiment l’écouter et il entendit l’animateur discuté d’un sujet qui l’interpellait.

L’animateur- Dans ce livre, l’auteur stipule que le premier but de la vie est de découvrir le trésor caché en nous. Que ce trésor une fois découvert nous permettrait de vivre une vie épanouie. Je vous dévoilerais les autres clés de ce livre demain, soyez à l’écoute.

En arrivant à la maison, son premier réflexe fut de demander à son épouse. Carole, toi qui semble si épanouie, savais-tu que nous avions un trésor en nous et que si nous le découvrons cela nous permet de vivre une vie épanouie? Alors comment as-tu fait pour découvrir ce trésor?

Non, je ne savais pas, mais peut-être que mon trésor ces toi mon chéri.

Dans la soirée, passant devant le miroir. Hé! Toi. Qu’as-tu fait de ton trésor? Avec un regard bien déterminé, tout en soutenant ce regard pour un certain temps, comme s’il attendait une réponse de son reflet.

Soudain il entendit Carole appeler son fils. Viens ici mon trésor. Ce mot le ramena directement à la raison. Moi je cherche mon trésor et lui il est le trésor, qu’est-ce qui fait qu’il soit un trésor? En demandant à Carole, chérie, pourquoi appelles-tu notre fils trésor? Sans réfléchir, elle répond. C’est pour qu’il prenne conscience qu’il a beaucoup de valeur et qu’il développe son estime personnelle en prenant conscience que ce qu’il est est bien, qu’il prenne conscience que ce qu’il est est un trésor afin d’avoir confiance dans la vie et de vivre sa vie.

En réfléchissant, il se dit, alors le trésor en moi est tout simplement qui je suis. Carole le regardant, tu es bien bizarre c’est temps si. Non, non, c’est juste par curiosité.

Toute une série de réflexion commence à le frapper à tout moment de la journée, mais qui je suis? C’est quoi le trésor dans qui je suis. Si mon fils est qu’i il est en fonction de ses qualités et capacité, c’est ça son trésor qui fera qu’il sera épanoui. Alors c’est la même chose pour moi.

En revenant du travail et en syntonisant la même poste de radio. J’écoutais l’animateur donner la suite.

-La deuxième phase de la vie, jusqu’à la fin de l’adolescence est de développer ce trésor à son maximum afin d’affronter la vie le mieux outillée possible.

Encore plein de pensées qui se bousculent dans ma tête. En arrivant à la maison, remarquant que Carole était toujours dans une grande forme et qu’elle aimait sa vie. J’ose lui demander. Comment était tes parents avec toi petite et durant l’adolescence?

J’ai eu la chance d’avoir des parents qui ont su voir en moi ce que je ne voyais pas, d’identifier mes forces et de me motiver à toujours les développer tout en respectant mes choix. C’est exactement ce que je fais avec notre fils, n’est-ce pas que tout parent devrait faire. Voir le beau et le bon en leurs enfants et tout faire pour qu’il exploite leur force au lieu d’envier les autres. C’est ce que j’ai retenu et surtout que nous sommes tous différents. Être soi est la seule chose qui comptait pour mes parents.

Merci chérie, je crois que je viens de comprendre quelque chose. Qu’as-tu compris chérie. Plus tard je ne suis pas encore certain.

Me dirigeant vers le miroir. Toi! Je dois te parler. Tu sais que t’es parents t’ont aimé, mais ils voulaient pour toi, décidaient pour toi, savaient mieux que toi ce qui serait bon pour toi. Leurs bonnes volontés les ont mal guidés. Ils n’ont pas su voir qui tu étais, mais ce qu’ils désiraient que tu soi. Écoute-moi! Ce n’est pas le temps de chialer, ou de se plaindre et encore moins de leur en vouloir. Ils ont vraiment fait de leur mieux, mais ce mieux n’est pas assez bien pour te permettre de développer ton trésor. Il n’est jamais trop tard. Je dois apprendre à utiliser ce que je suis, à mettre en avant dans ma vie mes forces, capacités, valeur. Si moi aussi (non, toi. Toi dans le miroir. Si toi aussi tu veux être heureux et épanoui). Bien faire ton travail est bien, mais je crois comprendre qu’utiliser qui nous sommes est encore mieux, mettre en avant nos forces, habiletés et autres nous nourrit au lieu de s’épuiser à utiliser des forces qui ne sont pas les nôtres.

Le lendemain matin devant le miroir. Pour la première fois, je vis celui qui était devant moi. Une forme de reconnaissance commença à s’installer et d’un réflexe je le saluais d’un clin d’œil en lui disant. Aujourd’hui, soit toi-même. Parce que ce changement c’est à partir de quoi seulement qu’il peut s’amorcer.

Une autre journée de travail éreintante, mais quelque chose commença à changer en moi. De retour toujours en écoutant la radio dans l’auto, l’animateur poursuivi son interprétation du livre qu’il lisait, le tout pour garder son auditoire en haleine de jour en jour.

La troisième étape est d’en faire une contribution de ce que vous êtes pour faire de ce monde un monde meilleur. Si je résume le cheminement de l’auteur. La vie a déposé en trésor en chaque individu, certain le découvre d’autres non, mais tout le monde à un trésor en lui. Ce trésor se doit de grandir avec l’individu, c’est-à-dire que ses forces, ses habiletés, ses capacités doivent se développer afin de vraiment trouver son identité pour ensuite, vivre en mettant de l’avant ces forces et valeurs au service de sa communauté.

Celui qui est bien dans sa peau et qui exploite ses forces risque de vivre une vie heureuse et épanouie et son travail, qui ne devient plus un travail, mais une passion, l’alimente au lieu de le drainer de son énergie. Eh bien moi, chers auditeurs, je peux vous dire que j’aime vraiment ce que je fais en ce moment et que comme le dit l’auteur, j’ai hâte d’arriver en onde et de vous entretenir des sujets qui me travers l’esprit à tous les jours.

Je crois que le dernier morceau vient de se mettre en place pour moi. Carole est heureuse et épanouie parce qu’elle est qui elle est véritablement, pas à cause de moi. C’est ce qu’elle fait avec notre fils alors que moi j’étais dans une fonction pour jouer mon rôle sans vraiment tenir compte de qui je suis vraiment. Je vous jure que les choses vont changer à partir de maintenant. J’ai beaucoup de travail à faire, mais au moins là je sais pourquoi je vais le faire.

Eh! Toi dans le miroir, tu vas devoir me dire qui je suis et d’arrêter de me retourner l’image de qui je ne suis pas. À partir d’aujourd’hui, je ne me fierais plus à ce que tu me projet, je vais faire de plus en plus confiance à ce que je ressens en moi et le laisser remonter à la surface même si cela déplaît. Je vais faire grandir ces forces qui sont en moi afin de devenir vraiment moi et au lieu de t’écouter c’est moi qui vais te parler, de dire qui je suis.

Parce que laisser monter et développer qui je suis véritablement, se permettre d’être soi et de vivre sa vie, c’est ça vivre.

Merci de partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page