Tout est question de poids sur la balance

Tout est question de poids sur la balance.

Merci de partager!

Tout est question de poids sur la balance.

Demandez-vous : « Qu’est-ce qui pèse plus lourd ? »

  • Votre besoin d’être aimé(e) ou votre peur de ne pas être aimé(e) ?
  • Votre besoin d’être apprécié(e) ou votre peur de décevoir ?
  • Votre besoin d’être reconnu(e) ou votre peur d’être inconsidéré / humilié(e) ?
  • Votre besoin d’être compris(e) ou votre peur de déranger ?
  • Votre besoin d’être valorisé(e) ou votre peur d’être dépréciée / de passer pour un(e) moins que rien ?
  • Votre besoin d’être accepté(e) ou votre peur d’être rejeté(e) ?

Autrement dit, est-ce votre besoin ou votre peur qui vous contrôle ? La meilleure façon de savoir ce qui pèse le plus lourd dans la balance, c’est de prendre conscience de votre niveau de tolérance dans certaines situations.

Voyez-vous, votre degré d’acceptation et de tolérance à l’inacceptable est fonction du poids de votre peur, pas du poids de votre besoin. Nous avons tous, à un certain degré, besoin d’être aimé, apprécié, entendu, compris…etc.  En revanche, notre degré à tolérer le manque d’amour, d’appréciation, d’incompréhension ou autre est en fonction de notre peur de décevoir, de déranger, de prendre notre place… etc.

Prenez donc conscience de vos peurs parce que, beaucoup plus que ne le font vos besoins, ce sont elles qui vous contrôlent lorsqu’elles pèsent lourd sur la balance.

Si vous désirez vivre une vie harmonieuse en adéquation avec vos valeurs, il vous faut premièrement identifier vos peurs. Une fois la peur identifiée, prenez conscience qu’elle provient d’un manque ou d’une situation réelle vécue dans votre passé. Vous avez souvent peur de ce contexte parce que vous le connaissez. Si vous craignez le rejet, c’est parce que vous l’avez vécu. Connaissant cette situation douloureuse, vous la craignez, ce qui vous empêche d’être authentique dans vos relations. Par peur de provoquer une vague et de vous sentir rejeté, vous risquez de devenir tel le caméléon, qui s’adapte à son environnement.

Deuxièmement, la vraie libération ne se fait pas en vainquant la peur, mais en parvenant à en faire une alliée. « Merci peur, d’être présente en moi. Tu m’es utile en m’indiquant où je risque de souffrir, mais aujourd’hui je choisis de continuer dans cette voie, parce que je sais ce que je vaux. »

La peur vous indique qu’une souffrance n’est pas résolue. Elle crée une impression illusoire de répétition, en fonction de la solution que vous avez trouvée à la situation primaire. Elle veut vous montrer que vous êtes limité face à telle situation. Mais vous n’êtes plus cette personne aujourd’hui, vous êtes mieux outillé et vous avez une plus grande connaissance et expertise, alors ne laissez pas le passé vous guider.

Il est dur à franchir ce mur de peurs, mais l’effort en vaut la chandelle : le gain se nomme « libération ». Remerciez-donc vos peurs de vous guider vers le chemin de la liberté d’être. Cette liberté est souvent l’inverse de la peur perçue. Rejet/acceptation, humiliation/reconnaissance, déception/satisfaction, insignifiance/importance. Identifiez votre peur et trouvez l’antonyme (le contraire) relié à cette perception et remerciez-la de vous indiquer le chemin vers la guérison, vers la libération.

Faire de la peur son allié et se transformer grâce à elle, c’est ça vivre.

Merci de partager!

1 réflexion sur “Tout est question de poids sur la balance.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page